intervention-cardiologie-caen

Cardiologie interventionnelle

L’intervention coronarienne percutanée (ICP, également appelée angioplastie) est une intervention non chirurgicale effectuée à l’aide d’un cathéter destinée à mettre en place une petite structure appelée “stent” qui permet de maintenir ouvert un vaisseau sanguin du cœur rétréci par l’accumulation de plaque, un problème appelé athérosclérose.

Options non chirurgicales

Angioplastie coronarienne transluminale percutanée (ACTP, angioplastie par sonde à ballonnet) Il s’agit d’une méthode non chirurgicale pour traiter l’insuffisance coronarienne. On l’utilise chez certains patients pour ouvrir une artère coronaire bloquée à un ou deux endroits. (Note : L’ACTP ne peut traiter tous les cas de sténose.)

Pour cette intervention à l’Institut de Cardiologie Vasculaire de Caen, votre cardiologue spécialiste de la cardiologie interventionnelle du coeur injecte un anesthésique local dans l’aine, puis il introduit un mince cathéter de plastique à travers un vaisseau de l’aine vers l’artère coronaire bloquée. Il insère ensuite dans le premier cathéter un second cathéter plus petit, muni d’un ballonnet dégonflé à son extrémité. Lorsque le ballonnet atteint la partie rétrécie de l’artère, on le gonfle (rempli d’air). Le ballonnet gonflé écrase la plaque d’athérome contre les parois artérielles, permettant une meilleure circulation dans l’artère. Dans certains cas, un petit tube, appelé endoprothèse est placé sur le ballonnet. Au moment de gonfler celui-ci, l’endoprothèse se fixe à la paroi artérielle et demeure dans l’artère afin de réduire les risques qu’un nouveau rétrécissement ne se produise. À la fin de l’intervention, les cathéters sont retirés.

Avantages de l’angioplastie

La cardiologie interventionnelle progresse chaque année davantage. Cette technique opératoire de traitement des disfonctionnalités coronariennes est de plus en plus fiable. Aujourd’hui plus de 94% des angioplasties réalisées réussissent immédiatement. La circulation sanguine dans l’artère revient à la normale ou presque. Certains patients peuvent ne pas éprouver un soulagement complet, mais ils ressentent une amélioration quant aux symptômes, ce qui leur permet de se sentir mieux et de retrouver une vie active. L’angioplastie est mini-invasive, il n’y a pas d’incision, il ne s’agit pas d’un acte chirurgical à “cœur ouvert”. Aucune anesthésie générale n’est requise, ce qui permet moins de stress et de malaises post-opératoires.

Quel est le délai de récupération ?

La plupart des patients rentrent très rapidement à la maison, et sont en mesure de reprendre leurs activités normales peu de temps après. À la suite de la cardiologie interventionnelle, il est très important d’examiner votre mode de vie, de surveiller les facteurs vous prédisposant aux maladies du coeur et d’apporter les correctifs nécessaires pour éviter des problèmes additionnels découlant de l’insuffisance coronarienne.

Déroulement d’une angiographie

Avant l’intervention
Après une brève discussion avec l’infirmière, on vous amènera au laboratoire de cathétérisme et l’on vous demandera de vous allonger sur une table de radiographie spéciale. Il fait très froid dans cette pièce. On vous branchera également à un moniteur cardiaque. On vous lavera l’aine ou le poignet à l’aide d’une solution antiseptique froide et l’on vous couvrira de draps
stérilisés. Il sera important que vous ne bougiez pas et que vous ne touchiez pas aux draps une fois ces derniers mis en place. On pourrait vous demander de vous allonger et de placer les bras au-dessus de votre tête durant un certain temps. L’infirmière de l’Institut de Cardiologie Vasculaire sera à vos côtés pour vous aider.

Au cours de l’intervention
On vous donnera un médicament qui vous aidera à vous détendre, mais vous resterez éveillé durant l’intervention, de façon à pouvoir suivre les instructions du médecin et des infirmières. Le cardiologue ICVC spécialiste de l’angiographie administrera un anesthésique dans l’aine ou le poignet, puis fera passer un petit cathéter dans un vaisseau sanguin, jusqu’au coeur. On injectera un produit de contraste à travers ce cathéter pour mettre en lumière les artères coronaires. La plupart des patients ressentent une sensation de chaleur dans le corps ou une envie d’uriner à mesure que l’on injecte le produit. On prendra des radiographies tout au long de l’intervention. L’appareil de radiographie se déplacera au-dessus de vous, très près de votre corps. Pendant l’intervention, on vous demandera d’inspirer profondément et de retenir votre souffle quelques secondes ou de tousser.  Informez l’infirmière si vous ressentez un inconfort quelconque ou si vous vous inquiétez de quoi que ce soit.

L’intervention réalisée par l’équipe médicale de l’Institut de Cardiologie Vasculaire de Caen, au sein de l’Hôpital privé Saint-Martin, dure généralement de 30 à 90 minutes.  Si votre état est complexe, l’intervention sera plus longue.

Comment procède-t-on?
Un cathéter est introduit dans un vaisseau sanguin de l’aine ou du bras. À l’aide d’un type spécial de radiographie appelé fluoroscopie, le cathéter est acheminé par les vaisseaux sanguins jusque dans le cœur, à l’endroit où l’artère coronaire est rétrécie. Lorsque le cathéter arrive au cœur, une teinture contrastante sera injectée dans la région entourant le vaisseau sanguin rétréci afin de mieux l’identifier. Une fois le rétrécissement localisé, le cathéter est avancé de façon à ce que son extrémité spéciale puisse être activée. Une fois l’extrémité du cathéter bien en place, le ballonnet recouvert d’un tuteur qui s’y trouve est gonflé. Le ballonnet de l’extrémité du cathéter comprime la plaque et dilate le tuteur. Une fois la plaque comprimée et le tuteur en place, le ballonnet est dégonflé et retiré. Le tuteur demeure à l’intérieur de l’artère pour la maintenir en position ouverte.

Après l’intervention
Vous quitterez la salle de cathétérisme sur votre lit médical. La suite des événements dépend du type d’intervention :
l’infirmière vérifiera souvent votre pouls, votre tension artérielle, le pouls dans vos pieds ou votre poignet et le site d’insertion.
À la suite de l’insertion du cathéter au niveau de l’aine :
•  Si le médecin s’est servi de l’aine (artère fémorale), vous devrez rester alité pendant 4 à 6 heures après l’intervention.
•  Il sera important de garder la tête sur l’oreiller et de tenir droite la jambe utilisée durant l’intervention.
On vous rappellera souvent de faire cela pour éviter que le site d’insertion ne saigne.
•  Si vous avez mal au dos, vous pourrez changer de position avec l’aide d’une infirmière, en gardant la jambe où est entré le cathéter bien droite.
La tête de votre lit sera peut-être légèrement haussée. Une légère collation pourra vous être servie.

À la suite de l’insertion du cathéter au niveau du poignet :
•  Si le médecin s’est servi d’un bras (artère radiale), on fixera une pince à votre bras dans le laboratoire pour éviter le saignement.
•  Vous devrez rester alité pendant environ 1 heure après l’intervention.
•  Il sera important de garder le bras sur l’oreiller et de ne pas faire pivoter votre poignet.
Vous pourrez bouger les doigts. L’infirmière sera là pour vous aider pendant que la pince sera en place.
•  Pendant ce temps, vous pourrez dormir, lire ou vous reposer. Une légère collation pourra vous être servie.
Demandez à l’infirmière de vous aider dès que vous devrez uriner. Il est important de ne pas vous asseoir. L’infirmière vous aidera à vous lever une fois votre temps de repos terminé.  On vous encouragera à faire quelques pas pendant 1 heure avant votre sortie.

Après l’intervention, vous serez probablement transféré en salle de réveil pour demeurer sous observation pendant quelques heures. On vous demandera de demeurer allongé pendant deux à six heures, selon votre cas. On pourrait vous donner des analgésiques si vous ressentez de l’inconfort. On vous encouragera à boire de l’eau et d’autres liquides afin d’éliminer la teinture contrastante de votre organisme.

Activités
À la suite de l’insertion du cathéter au niveau de l’aine :
• Évitez les escaliers le plus possible.
• Ne soulevez pas d’objets lourds  (+4,5 kg) – pendant 48 heures.
• Faites une pression à l’aine si vous devez éternuer ou tousser fort au cours des 48 heures suivant l’intervention. La façon la plus facile d’appliquer une pression est de faire un poing et d’appuyer fermement sur l’aine par-dessus le pansement.

À la suite de l’insertion du cathéter au niveau du poignet :
• Ne soulevez rien de plus de 10 lb (4,5 kg), avec le bras touché au cours
des 48 heures suivant l’intervention. Évitez les mouvements vigoureux du
poignet du bras touché.
• Vous pouvez surélever votre bras à l’aide d’un oreiller pour prévenir l’enflure.

Pansement
• Vous pouvez enlever le pansement transparent le lendemain de l’intervention et le remplacer par un nouveau pansement.
• La présence d’une petite quantité de sang séché sur le vieux pansement et au site d’insertion est normale.
• Vous pouvez prendre une douche le lendemain de l’intervention, mais ne gardez pas un pansement mouillé.
• Attendez 48 heures avant de prendre un bain ou de nettoyer le point d’insertion.
• Nous vous conseillons de mettre un nouveau pansement quelques jours de plus afin de garder la peau propre et de réduire le risque de traumatisme ou d’infection. Vous pourrez enlever le pansement 72 heures après l’intervention.
• Évitez de porter des vêtements ajustés ou serrés au niveau du point d’insertion.

Point d’insertion
Examinez le point d’insertion chaque jour et appelez votre infirmière ou votre médecin si l’un des problèmes suivants survient :
• La bosse grossit ou la peau autour du site reste rouge et chaude;
• Il s’écoule un liquide jaunâtre de la plaie;
• L’engourdissement de la jambe, de la main, du poignet ou du bras empire;
• Vous ressentez une douleur intense au point d’insertion.

Saignement
En cas de saignement pendant votre séjour à l’hôpital, avisez votre infirmière immédiatement.
Si vous notez un léger saignement au site d’insertion après votre retour à la maison :
• En cas d’insertion radiale (poignet), asseyez-vous immédiatement et appuyez fermement, avec les doigts, sur le point d’insertion pendant 10 minutes.
• En cas d’insertion fémorale (aine), allongez-vous et faites un poing pour appuyer fermement sur l’aine par-dessus le pansement.
Si le saignement cesse, reposez-vous et maintenez la jambe ou le poignet qui a subi l’intervention immobile pendant 2 heures.
Si le saignement recommence, appelez le médecin dès que possible.

quis, dolor ante. lectus massa consequat. libero. elit. quis Aenean venenatis,